Travail du sol

Les techniques culturales sans labour, une autre façon de travailler le sol aux multiples effets

Une part importante de la réussite des cultures annuelles réside dans la maîtrise des conditions d'implantation : il faut créer un environnement favorable à la germination et à la levée des semis, et favoriser une bonne exploration du sol par les racines. Actuellement en Alsace, le labour est l'étape première de la préparation des terres sur la plupart des parcelles. Mais le travail sans labour intéresse de plus en plus d'agriculteurs et interpelle les agronomes. L'étude des effets des techniques culturales sans labour ou TCSL mobilise l'ARAA depuis 2002.

Les TCSL, des techniques plurielles

Le point clef des TCSL est l'arrêt de l'usage de la charrue à versoir au profit d'outils très variés permettant de travailler le sol de quelques cm à plus de 30 cm de profondeur. Cela peut aller aussi jusqu'à la suppression de tout travail du sol : on parle alors de semis direct.

 

Les points communs de toutes les TCSL :

- il n'y a plus de retournement de la terre,
- l'enfouissement des résidus de culture est partiel et une proportion plus ou moins importante de ceux-ci reste en surface.

En pratique, la mise en œuvre des TCSL est variée : des agriculteurs adoptent ces techniques pour certaines cultures de la succession en continuant à labourer devant les autres cultures, d'autres les mettent en œuvre de façon systématique. En Alsace, ces techniques sont utilisées dans le cadre de rotations de cultures mais aussi en monoculture de maïs, sur des types de sol très variés.

Des atouts et des questions

Si la diminution du ruissellement et de l'érosion constitue sous certaines conditions un résultat reconnu des TCSL, les modifications provoquées par l'abandon du labour affectent de nombreux processus et caractéristiques du sol ainsi que l'environnement immédiat de la plante cultivée. Elles peuvent avoir des conséquences sur la productivité des parcelles, leur salissement, l'abondance des ravageurs et la qualité sanitaire des récoltes. C'est pourquoi de nombreux autres aspects des techniques agricoles doivent être revus en cohérence avec l'arrêt du labour : la gestion des résidus de culture, le semis, la protection phytosanitaire, la fertilisation, l'introduction de couverts végétaux non récoltés, ...

De même, tous les processus impliqués dans les impacts environnementaux des systèmes de culture sont modifiés : l'activité biologique du sol, l'infiltration de l'eau dans le sol, le ruissellement et l'entraînement des particules de terre, les émissions de nitrates, phosphore, produits phytosanitaires et gaz à effet de serre.

La rugosité et la porosité de surface d'une parcelle sans labour favorise l'infiltration de l'eau

L'évaluation des conditions de réussite, des atouts et des risques liés aux TCSL a fait l'objet de nombreux travaux et synthèses récentes, par exemple :

L'évaluation pratique des TCSL en Alsace

Elle repose en partie sur des sites expérimentaux mis en place par l'ARAA ou la Chambre d'agriculture de région Alsace en collaboration avec d'autres organismes. Ces sites comprennent soit des essais comparant différents modes de travail du sol, soit des essais systèmes de culture. Les observations réalisées portent sur :
- le peuplement, le rendement et la qualité des récoltes,
- l'estimation de la consommation d'énergie
- la structure du sol et l'enracinement des cultures
- l'évolution de la flore adventice
- l'évolution des paramètres chimiques du sol : matière organique, phosphore, ...
- l'activité biologique du sol
- le ruissellement issu des parcelles, l'érosion
- les pertes de nitrates et de phytosanitaires vers les eaux souterraines ou de surface.

L'ensemble de ces observations permet d'évaluer la durabilité des TCSL (d'un point de vue agronomique, économique, et environnemental) et fournit des références concrètes pour le conseil technique sollicité par les agriculteurs. La durée des essais, dont le plus ancien a débuté en 2000, est un atout, car certains effets résultent d'évolutions sur plusieurs années comme celles de la flore adventice, des caractéristiques chimiques du sol ou de l'activité biologique.

Poster : tester une innovation les TCSL, résultats Geispitzen

Des enquêtes conduites par l'ARAA en 2009 et 2011 auprès d'agriculteurs pratiquant les TCSL ont complété ces observations directes en renseignant l'intensité du recours aux produits phytosanitaires et les impacts économiques de ce choix.

Retrouvez toutes nos publications sur les Techniques Culturales Sans Labour à la rubrique Documentation/travail du sol.